Bernard FRIT et LA TEMPERANCE

De l’anamnèse à la transformation : le mal-être.

La transe hypnotique s’apprend en quelques heures. En deux jours, il est possible d’apprendre à hypnotiser à peu près n’importe qui. Il est cependant beaucoup plus difficile de savoir quoi faire avec une personne qui vient consulter : c’est la maîtrise de l’anamnèse qui conduit à ce précieux savoir-faire.

L’anamnèse

Je vous propose d’apprendre une façon de procéder qui vous permet de passer en douceur de l’anamnèse à la transformation de la personne. C’est pour cela que j’ai donné le nom d’anamnèse pour l’ensemble du processus. Je vais préciser ici les différentes phases qui entrent en jeu, d’abord de façon générale, puis de façon plus détaillée. Ensuite je répondrai aux questions que j’ai reçues.

Intéressons-nous au mot anamnèse.

Pour le Robert, l’anamnèse est le retour à la mémoire du passé vécu et oublié ou refoulé (s’oppose à amnésie).

L’anamnèse est la « biographie » du sujet, les informations relatives au passé de la personne. L’anamnèse permet de comprendre la genèse d’un problème.

Il s’agit de recueillir des informations touchant à la situation familiale, conjugale, professionnelle, aux loisirs, aux antécédents personnels, pour avoir un aperçu de la situation passée et présente pour mettre en lien le vécu avec la problématique amenée.

La transformation.

Dans un contexte de changement intérieur, il y a nécessité de régler nos problèmes psychologiques passés afin d’atteindre la maturité nécessaire à la réalisation d’une vie harmonieuse. Il s’agit d’abord de comprendre notre fonctionnement passé et présent afin d’en prendre conscience.

Cette prise de conscience permet alors de définir un chemin de changement qui donne à la fois une direction et des étapes successives à atteindre.

Pour y parvenir, il est nécessaire d’identifier ce que les problèmes personnels empêchent de réaliser afin de comprendre que la fin de ces problèmes ouvre la « porte de la cage » dans laquelle la personne est enfermée. Quand la « porte de la cage est ouverte » encore faut-il savoir vers où aller sinon le « retour dans la cage » restera une possibilité.

C’est seulement l’envie et la motivation d’obtenir un résultat qui permettra de « quitter la cage ».

Le mal-être.

La première partie de l’anamnèse concerne le problème que la personne amène avec elle lorsqu’elle vient consulter. Nous allons l’appeler le mal-être. Ce mal-être peut englober toutes sortes de difficultés :

Les questions qui vont suivre, vont permettre à la fois à la personne ainsi qu’à l’hypnothérapeute de comprendre le plus exactement possible la nature du mal-être avec lequel la personne vient consulter.

Quel est le mal-être ?

Peu importe comment vous allez poser la question, la seule chose qui compte c’est d’avoir une réponse cohérente, précise et claire qui va vous permettre de comprendre de quoi il s’agit. Cette simple et évidente question va déjà « obliger » la personne à aller chercher la ou les réponses à l’intérieur d’elle-même.

Ce simple mouvement de questionnement intérieur ou d’introspection est pour beaucoup de personnes une grande première fois. Beaucoup ne se sont jamais posé la question de ce qu’il se passe en eux réellement. Pour la plupart, ils s’en sont arrêtés aux conséquences immédiates du mal-être.

Le risque ici pour vous, est de prendre pour acquis ce que la personne va dire sans éprouver le besoin de poser des questions plus approfondies. Il est bon ici de se rappeler que chaque mot a une signification particulière et différente pour chacun. Il est donc important de vérifier ce que la personne veut dire.

Quelles émotions et sensations désagréables le mal-être provoque-t-il ?

Il s’agit d’aller des mots, vers l’identification d’une émotion ou de plusieurs émotions. C’est une question importante, surtout si la personne présente quelque chose de très imprécis, comme je suis stressé par exemple.

On cherche ici à obtenir l’identification d’une émotion ; stressé n’est pas une émotion. C’est juste une évaluation. Ici l’émotion pourrait être : je suis déprimé ou je suis en colère ou bien je suis triste. Ensuite, on va identifier la sensation correspondant à l’émotion.

Qu’est-ce qu’une sensation ? Une sensation, c’est quelque chose que l’on ressent dans le corps, à un ou plusieurs endroits précis. Ça peut être une pression, une oppression, une chaleur, des tremblements, une tension, etc.

Ceci est très important car cela donne une traduction concrète et physique, si ce n’est physiologique au mal-être. Au lieu de rester quelque chose d’abstrait et de général pouvant s’appliquer à n’importe qui, le mal-être devient quelque chose de spécifique à la personne.

Qu’est que le mal-être empêche la personne de faire ou de réaliser ?

Pour la première fois, nous allons commencer à orienter la personne vers les conséquences de l’élimination de son problème de départ.

Il s’agit de lui suggérer indirectement que son problème ou son mal-être ayant disparu, cela va lui permettre de réaliser ou de commencer quelque chose de nouveau. Quelque chose que cette personne ne pouvait absolument pas faire jusqu’à maintenant, à cause justement de ce mal-être.

Pour la plupart des gens, cette question va paraître un peu bizarre. Pourtant rien ne peut empêcher l’esprit de la personne d’imaginer ou de chercher ce que cela va lui permettre de faire. Parfois elle peut aller chercher dans le passé, quelque chose qu’elle faisait auparavant. Ce n’est pas forcément une bonne direction. Car, le plus souvent, ce qui est déjà passé ne revient pas toujours.

Aussi, il est bon d’orienter la personne vers le futur, vers quelque chose qu’elle a peut-être toujours eu envie de faire mais qu’elle n’a jamais réalisé. Cette question, nous permet de préparer la suite.

SAS IEPNL - LA TEMPERANCE - Combre - 63250 Chabreloche - France
www.temperance.fr | +33 473 942 776 | [email protected]
Conditions Générales de Vente | Mentions Légales | Politique de Confidentialité